L’arrivée du ViewSonic X10-4K était très attendu par tous passionnés de la vidéoprojections. Et pour cause, la marque américaine ne cesse de multiplier les excellents modèles Full HD. On pense notamment au PX800HD. Cette fois-ci, le fabricant s’attaque au marché du 4K, ce qui est loin d’être facile au vu de la concurrence. Les précédents modèles visaient toujours à offrir un rapport qualité/prix imbattable et ce nouveau venu est clairement dans la même veine. Propose-t-il une expérience home cinema digne des plus grands tout en se targuant d’un petit prix ? C’est la question à laquelle on va répondre dans ce test.

CaractéristiqueNote
Son4.9 out of 5 stars (4,9 / 5)
Paramètre de projection3.2 out of 5 stars (3,2 / 5)
Bruit du ventilateur4.5 out of 5 stars (4,5 / 5)
Lampe5 out of 5 stars (5 / 5)
Luminosité4.2 out of 5 stars (4,2 / 5)
Contraste4 out of 5 stars (4 / 5)
Image4.3 out of 5 stars (4,3 / 5)
Verdict4.3 out of 5 stars (4,3 / 5)

Viewsonic X10-4K  : Présentation de l’appareil

L’arrivée du ViewSonic X10-4K était très attendu par tous passionnés de la vidéoprojections. Et pour cause, la marque américaine ne cesse de multiplier les excellents modèles Full HD. On pense notamment au PX800HD. Cette fois-ci, le fabricant s’attaque au marché du 4K, ce qui est loin d’être facile au vu de la concurrence. Les précédents modèles visant toujours à offrir un rapport qualité/prix imbattable et ce nouveau venu est clairement dans la même veine. Propose-t-il une expérience home cinema digne des plus grands tout en se targuant d’un petit prix ? C’est la question à laquelle on va répondre dans ce test.

On voit le ViewSonic X10-4K sur son flan droit avec les dimensions.

On voit très rapidement que c’est un modèle assez massif, ce qui se confirme quand on observe les mesures sur la notice : 26,1 x 27,1 x 16,6 cm et 4,1 kg. Cette impression est amplifiée par son aspect cubique. Cependant, il dispose d’un design finement soigné et un certain charme se dégage de cet appareil. Entre son gris acier scintillant, le cache à l’arrière de l’appareil couleur marron, tendant sur du auburn, et sa poignée de la même couleur, il séduit au premier regard.

On peut dire que ce modèle est vraiment tout-en-un. En effet, il dispose d’un pied rétractable servant à surélever l’appareil, possédant deux niveaux : 15 et 30°. La poignée à l’arrière permet de facilement le transporter, lui conférant un côté portable malgré son gabarit. Détail qui a son importance, le système de protection des yeux. En clair, dès qu’on est trop proche de l’appareil, il coupe le projection pour ne pas faire de mal à vos yeux. Il est livré avec sa télécommande, un câble HDMI, un câble USB-C, un Wi-fi dongle, le manuel et son câble d’alimentation.

Côté technique, il est pourvu d’une puce 0.47″, lui conférant une résolution 4K (3840 x 2160) grâce à la wobulation. En plus de cela, il a une luminosité de 2400 LED lumens et un contraste de 300 000:1 lux. Pour couronner le tout, il a deux haut-parleurs de 8W et dispose de la Wi-fi et du bluetooth. Il utilise la DLP et une lampe LED. Enfin, il a un rapport de projection de 0,8, le classant donc dans la catégorie des modèles à focale courte.

 

Viewsonic X10-4K  : Fonctionnement

Connectique

 

Sur la gauche se trouve l'avant et l'arrière du ViewSonic X10-4K et à droite, la connectique.

En premier lieu, on l’a évoqué un peu plus haut, ce modèle dispose du Wi-fi 802.11n (2.4 et 5 Ghz). Il suffit simplement de mettre le dongle Wi-fi, fourni avec l’appareil, au port correspondant. Il inclut également le Bluetooth 4.0. En terme de ports, on a deux ports HDMI HDCP 2.2, qui supportent la 4K donc, un port USB-A , un lecteur Micro SD, une entrée Ethernet ainsi qu’un entrée et une sortie audio 3.5 mm. L’originalité vient du un port USB-C qui permet d’y connectre notre portable et de diffuser le contenu qui se trouve sur celui-ci. Un modèle répondant à tous les besoins donc !

 

Paramètres de projection

Autant le dire d’emblée, on est un peu déçu de ce côté-là. Si on peut encore accepter l’absence de lens shift, où est le zoom bon sang ?! On est obligé de gérer la taille de l’image en approchant/reculant l’appareil. S’il y a un peu d’espace entre le canapé et la table sur laquelle se trouve l’appareil, la possibilité pour régler la taille de l’image peut être réellement problématique. Ce scénario est certes rare mais un zoom aurait paré à cette éventualité. De plus, pour le prix, demander cet outil est loin d’être trop exigeant.

On voit la même image avec différentes tailles, toutes projetées par le ViewSonic X10-4K sur la droite.

Dernier élément sur lequel on a envie de légèrement s’attarder, la correction trapézoïdale électrique. Oubliez la correction horizontale, on n’a droit qu’à un keystone vertical de ±40°. Mis bout à bout avec les éléments précédemment cités, ça fait vraiment léger à nos yeux, surtout pour le prix. Passons à autre chose maintenant. Comme on l’a expliqué, le rapport de projection est de 0,8. En conséquence, afin d’avoir une image de 2,5 m, on a besoin de seulement 2m de recul. Une option qui réchauffe notre cœur, ce vidéoprojecteur permet de projeter en 3D en 1080p !

On voit trois fois la même image, plus ou moins nette et avec des réglages de keystone, fonctionnalités du ViewSonic X10-4K.

On n’oublie pas le focus électrique qui permet de régler automatiquement l’image. Si celui-ci fait plutôt bien son travail, on préfère le régler à la télécommande qui permet d’avoir un focus plus fin. Mais sachez que même sans ces petits réglages manuels en plus, le focus fait bien son travail dans tous les cas.

 

Son

Sur un fond blanc se trouve le ViewSonic X10-4K avec des vagues bleues en bas et le logo Bluetooth en haut à grauche et le logo Harman/Kardon en haut à droite.

La première très bonne surprise vient vraiment de l’expérience sonore fournie par le X10-4K ! Les deux haut-parleurs de 8W chacun, et qui sont en stéréo, sont signés Harman/Kardon. On a beau passer les vidéoprojecteurs de tout type, on oublie vite à quel point Harman/Kardon est bon dans son domaine ! Il est aisé de distinguer des aigus clairs, des graves plutôt puissants et une retranscription sonore très fine des scènes. Chez ce ViewSonic, le son apporte un réel plus qui mérite d’être salué tant il se démarque des autres modèles en général !

Deux modes sont possibles avec ce modèle. Le premier est le mode « cinéma » qui affine le rendu afin de maximiser l’expérience. Pour l’avoir testé, c’est vraiment incroyable. On se sent encore plus transporté par le film ! Mais ça n’est pas tout ! Un mode « utilisateur » sert à paramétrer de manière plus précise le son qui nous convient le plus. Les possibilités sont nombreuses et le rendu, complètement dingue. Pas besoin d’acheter une barre de son donc. Comble du tout, le Bluetooth permet d’y connecter notre portable et de transformer le vidéoprojecteur en haut-parleur connecté. Un bonheur !

 

Bruit du ventilateur

Le fabricant annonce une pollution sonore de 29 dB grâce à un ventilateur à flux tri-axe. Cet outil révolutionnaire à la pointe de la technologie optimise la circulation d’air qui refroidit le ventilateur de manière très efficace. Et dans la pratique, ça donne quoi ? Quand on est à puissance lumineuse maximale, le ventilateur se fait légèrement entendre dans les scènes silencieuses. En revanche, quand il y a le son du film, celui couvre complètement le ventilateur. Et si on descend en terme de luminosité, l’appareil se fait complètement oublier. C’est donc un véritable coup de poker qu’a réussi ViewSonic ici !

 

Télécommande

Voici la télécommande du ViewSonic X10-4K.

Premièrement, son esthétique n’est pas ce qu’il y a de mieux. On a l’impression d’avoir une télécommande bas de gamme, ce qui est peu flatteur. Deuxièmement, le délai entre l’action sur la télécommande et l’action à l’écran est très long… Changer de pile n’améliorera en aucun cas la réactivité. Comme on l’utilise très souvent (réglages, focus automatique, …), ça devient très frustrant au bout d’un moment … En dernier, un petit point positif, elle est rétroéclairée. Ils nous devaient bien ça après les cheveux perdus durant son utilisation …

Dernière précision, votre voix peut vous amener à votre film favori. Ce vidéoprojecteur fonctionne avec Amazon Alexa et Google Home. Il suffit donc de parler a l’endroit désigné et le reste se fera automatiquement. Attention, ces deux outils ne sont pas inclus de base, il faut se les procurer en plus du vidéoprojecteur.


 

Qualité de la lampe

En optant pour une lampe LED, ViewSonic a choisi l’option longue durée tant connue de ces lampes. En conséquence, la durée de la lampe est de 30 000h. Ça laisse le temps de regarder un tas de films ou de vidéos YouTube avant qu’elle ne tombe en panne. De plus, ces lampes chauffent moins, ce qui explique que le ventilateur a moins besoin de refroidir l’appareil. Cela résulte sur un produit moins bruyant. Double bénéfices donc ! Autre détail, la consommation annoncée est de 140 W durant son fonctionnement et de moins de 0,5 W en mode veille.

L’illumination LED a un avantage qui est de taille, la qualité d’image au fil du temps ! Eh oui, si la qualité de l’image diminue au fil du temps avec des lampes à mercure par exemple, ici, ça n’est pas le cas ! Durant les 30 000 h, le rendu visuel reste le même, ce qui est loin d’être négligeable quand on voit certaines images de lampes en fin de vie …

 

Espace de stockage

Bon point qui conforte dans l’idée qu’on peut l’emmener un peu partout et l’utiliser chez un ami ou ailleurs, sa capacité de stockage. S’il est écrit que la capacité de stockage est de 16 Go, ça n’est pas tout à fait exact. Quand on décortique un peu, on voit que 4 Go sont utilisés pour le bon fonctionnement de l’appareil. Il nous reste en réalité « que » 12 Go, ce qui est déjà très bien. On peut donc y stocker nos films, nos musiques, nos fichiers, etc … Ça reste un ajout fort agréable que d’avoir tous nos fichiers dans un seul appareil.

 

Menu

A l’allumage, on tombe sur l’interface du vidéoprojecteur qui est claire et assez classique esthétiquement parlant. La navigation y est facile et on voit vite les différentes possibilités d’entrée. On a donc la partie Aptoide, le centre d’applications téléchargées, la gestion des fichiers, qui regroupe la mémoire interne de l’appareil ainsi que les fichiers de la clé USB. En dernier se trouvent les paramètres, incluant les généraux et ceux qui sont plus destinés aux professionnels, et l’option mise en miroir.

Mention spéciale aux réglages disponibles, ils y en a à foison ! Que ce soit pour la vidéo, pour le son, pour la correction trapézoïdale, les réglages sont nombreux et très poussés ! Si c’est un gros avantages, il faut faire attention à ne pas s’y perdre car il y en a tellement qu’on se retrouve des fois à ne plus se souvenir des réglages qu’on a fait. En revanche, il faut y consacrer un peu de temps mais le résultat final ne sera que plus beau.

 

Streaming

Sur une table blanche est posé le ViewSonic X10-4K et qui projette son menu à l'écran.

Il semblerait que l’on ait fait un petit tour au bord de la DeLorean sans être au courant … Alors que de plus en plus de vidéoprojecteurs intègrent Android TV et toutes ses applications, ce X10-4K reste bloqué à l’Aptoide … Avons-nous besoin d’expliciter notre grande déception ? Et en plus de ça, comme si le calvaire n’était pas assez grand, on doit installer toutes les applications, une par une. En effet, aucune application n’est installée de base, on doit faire tout le boulot nous-même. Et quand on voit le nombre d’applications qui n’est pas extraordinaire, on pleure intérieurement.

Certains vont peut-être nous souffler à l’oreille qu’il y a Netflix de disponible malgré tout. C’est vrai mais l’envie de l’utiliser sous le Store Aptoide va vite vous agacer. L’interface est tellement mal gérée que trouver l’épisode de votre série est un vrai parcours du combattant. Comment remédier à ce problème ? Acheter un Fire TV Stick par exemple. Oui, c’est une dépense supplémentaire mais pour toutes les contraintes que ça évite au niveau de la navigation, et surtout, l’accès à des applications que beaucoup de gens utilisent, c’est le prix à payer. En tout cas, pour notre part, on n’a pas hésité une seconde.

 

Viewsonic X10-4K  : Qualité de l’image

On ne va pas se voiler le face, jusque là, c’est plutôt mi-figue mi-raisin. S’il y a de gros points positifs, certains points négatifs sont assez gênants. Toutefois, on est prêt à pardonner le ViewSonic X10-4K s’il offre une grande image. Sur le papier, il a de quoi faire rêver, notamment grâce à sa résolution 4K. Comme mentionné plus haut, ce modèle utilise le procédé XPR qui, à partir d’une image 1080p, recréé une image 4K. Pour faire court, grâce à l’excitation accélérée des micro-miroirs de la matrice, on arrive à multiplier par 4 le nombre de pixels, recréant une résolution UHD. C’est ce qu’on appelle l’émulation.

 

La luminosité

On voit la même image à gauche et à droite (un chat gris sur une chaise blanche qui nous regarde) avec la photo de gauche moins lumineuse que celle de droite. C'est la force de luminosité du ViewSonic X10-4K.

La luminosité s’élève à 2400 LED lumens, ce qui est l’équivalent de 1000 ANSI lumens. Projeter une image parfaitement lumineuse, qu’elle soit de 76cm ou de 5m, n’est pas un souci pour ce modèle. Ça, c’est la théorie. Sur le terrain, c’est légèrement différent car au-delà de 3m, on observe une certaine perte de luminosité. Le ressenti sur l’image est immédiat avec des couleurs qui perdent de leur superbe et un contraste amoindri. Ne pas dépasser 3m est donc une règle à respecter à la lettre. On est loin de la capacité lumineuse d’un BenQ W2700 par exemple.

Si on respecte la distance conseillée, cette technologie à illumination LED permet de projeter en semi-pénombre, même si le meilleur résultat est obtenu dans l’obscurité totale, bien entendu. Le bénéfice principal quand on utilise ce système est que les couleurs sont énormément mises en valeur. Cette lampe n’a donc pas autant de puissance lumineuse que celles à mercure mais capitalise sur la colorimétrie.

 

Le contraste

C’est sans doute le point sur lequel ce ViewSonic impressionne le moins, l’image contrastée. Annoncé à 3 000 000:1 lux par le fabricant, le rendu à l’écran n’est pas aussi extraordinaire qu’attendu. Si on observe une quantité plutôt correcte de nuances, la profondeur n’apporte pas une immersion qui émerveille non plus. On aurait aimé l’ajout d’un iris dynamique afin d’améliorer l’immersion. On sent que la lampe LED n’est pas encore au niveau de la lampe à mercure concernant le contraste, au point que la différence est assez notable ! Clairement, comparé à un BenQ W2700, ce modèle a du chemin à faire.

 

Viewsonic X10-4K : Attributs supplémentaires

Colorimétrie

Sur cette image se trouve deux personnes de dos, assises sur un canapé, avec le ViewSonic X10-4K au milieu et qui projette une image bleue et rouge.

Premièrement, ce vidéoprojecteur a de grande capacités en terme de colorimétrie mais il va falloir suer un peu pour pouvoir profiter d’une magnifique image. Qu’est-ce qu’on entend par là ? Mesdames et messieurs, retroussez vos manches car il va falloir passer par la case réglages. Le Delta E est largement au-dessus des 3 recommandés, avec une valeur de 6. A l’inverse, le Gamma est à 2,2, ce qui est parfait. Enfin, certaines personnes trouvent le bleu et le rouge légèrement trop prononcés. Il suffit d’ajuster la température des couleurs, même si, personnellement, nous les avons trouvé très bien.

Après ces réglages, quel résultat ? Une bien meilleure image qui prouve totalement que la variété colorimétrique du X10-4K est ce qui fait le plus briller ce modèle ! Équipé d’une roue chromatique RVBB, celle-ci couvre 125% du rec.709. Et ça se voit à l’écran ! Les diverses couleurs sont éclatantes, variées, parfaitement saturées. Le tout est accompagné d’un ton chair très juste et précis. Là, clairement, il n’y a rien à redire, c’est un véritable régal à l’écran ! Personnellement, on a été conquis par le rendu, autant en Full HD qu’en 4K !

 

Fluidité

On voit l'image d'un footballer jouant avec un ballon. L'image est scindée en deux avec une grande fluidité à droite et pas à gauche, et ceic grâce à l'interpolation d'image du ViewSonic X10-4K.

Encore un domaine dans lequel ce ViewSonic s’illustre et ça fait franchement plaisir ! Le rendu est vraiment bon et il n’y a pas de défauts visibles. De plus, il dispose d’une interpolation d’image, réglable sur 3 niveaux : « bas », « moyen », « élevé ». Pour notre cas, on est resté sur le mode « bas » car il est le plus efficace. Si on monte plus haut, des imperfections sous forme de traces blanches apparaissent, ce qui nuit à l’image. Le mode « bas » est donc le meilleur et son apport est tellement conséquent qu’on ne s’en passe plus !

C’est le rêve de beaucoup de joueurs que de pouvoir jouer à son jeu favori sur un grand écran, en 4K qui plus est ! Cependant, rêver n’est pas vraiment possible avec ce modèle car il a un input lag de 66 ms. Si jouer à des jeux ne demandant pas de gros réflexes reste possible, pas la peine d’y penser pour les plus exigeants. Le temps entre l’action sur la manette et la réaction à l’écran sera trop long pour jouer à un FPS par exemple.

 

Netteté

Un peu à l’image de la colorimétrie, il faut passer à la case réglage afin de booster un peu la netteté. Rien de bien difficile, il suffit de l’augmenter jusqu’à ce qu’on ait un image suffisamment précise à notre goût. Une fois ceci fait, tout l’écran est net de manière égale, que ce soit au centre ou dans les coins. Le piqué, quant à lui, est de grande qualité et met l’accent sur chaque détail. Une très grosse performance !

 

HDR

On arrive au point culminant qui est censé tout faire basculer, le traitement HDR. Ce modèle traite les signaux HDR10 et on doit dire que le rendu est vraiment pas mal ! On voit une réelle amélioration avec des couleurs encore plus intenses et somptueuses qu’elles ne l’étaient déjà. Le piqué, quant à lui, augmente encore pour sublimer chaque détail. On note que malgré tout, le contraste reste moyen, même si une légère amélioration visuelle est à noter. En définitive, le mode HDR apporte un réel plus et arrive à convaincre malgré tout avec une image très immersive.

Comparer avec le BenQ W2700 encore une fois nous permet de voir à quel niveau se situe ce ViewSonic. Si les deux se retrouvent de manière quasi-égale sur à peu près tous les points, deux points principaux les séparent. Le premier est la colorimétrie, qui va en faveur du X10-4K de par sa lampe LED qui favorise des couleurs très vives et bien mises en valeur. Toutefois, cette même lampe créé la principale faiblesse du ViewSonic avec le contraste, domaine sur lequel le BenQ le surpasse complètement. A la fin, le BenQ ressort vainqueur car le contraste du ViewSonic pêche bien trop.

 

Viewsonic X10-4K  : Verdict

Après l’excellent PX800HD, ce ViewSonic X10-4K avait fort à faire pour susciter autant d’enthousiasme que son prédécesseur. Est-ce le cas ? Il serait osé de dire que oui car si peu de modèle peuvent se targuer de projeter en 4K pour un tel prix, il n’est pas sans défauts. On pense notamment à son contraste et son manque de réglages de l’image. Toutefois, ce vidéoprojecteur utilisant un nouveau système de lampe LED arrive à compenser avec notamment l’excellente colorimétrie et sa netteté. Le rendu final à l’écran reste de très bonne facture avec une recréation 4K convaincante et un prix très alléchant.

En sachant tout ça, vaut-il le coup pour son prix ? Il faut se rappeler que ce modèle combine deux technologies assez chères, à savoir une courte focale et la 4K. Et pourtant, on ne le ressent pas sur le prix du produit. Comble du tout, l’immersion cinématographique est dans le haut du panier. A notre sens, il vaut largement son prix car même si certains réglages sont nécessaires, le résultat final est d’une beauté exceptionnelle. Profiter de la 4K sans se ruiner est votre souhait ? Ce vidéoprojecteur est ce qu’il vous faut !

 

ViewSonic X10-4K : Est-il mieux qu’un modèle équipé d’une lampe à mercure ?

Comparer avec le BenQ W2700 encore une fois nous permet de voir à quel niveau se situe ce ViewSonic. Si les deux se retrouvent de manière quasi-égale sur à peu près tous les points, deux points principaux les séparent. Le premier est la colorimétrie, qui va en faveur du X10-4K de par sa lampe LED qui favorise des couleurs très vives et bien mises en valeur. Toutefois, la colorimétrie du BenQ reste très bonne et ne se fait que légèrement dépasser par celle du ViewSonic.

Le domaine qui vient crucifier les espoirs du X10-4K quant au fait de concurrencer un modèle à lampe mercure est clairement le contraste. On l’a dit, on le répète, le temps prouvera que les lampes LED ne sont pas les meilleures pour reproduire un bon contraste. Le résultat est visible à l’écran et ça limite quelque peu l’immersion. Sans outil pour compenser ce défaut, le ViewSonic se fait complètement surpasser par le BenQ W2700 qui apporte une excellente profondeur des noirs. Ils sont bien plus variés et immersifs. C’est cet élément qui va faire qu’à la fin, l’image du BenQ sera plus qualitative.

 

ViewSonic X10-4K : Que choisir entre ce modèle et le BenQ W2700 ?

A notre sens, la réponse réside dans l’importance que l’on porte au rapport de projection. En résumé, si le rapport de projection n’est pas votre priorité et que vous avez un peu de budget, le BenQ W2700 sera plus intéressant car il a une meilleure image. Néanmoins, si le rapport de projection est un critère important, alors ce X10-4K est l’un des meilleurs du moment en terme de rapport qualité/prix.